THEORIES SUR ET POUR LA TRADUCTION : LES DEUX AXES MAJEURS EN VIGUEUR

Published: September, 2020

Author(s):

Ezeyi Jacinta Uche

About Author(s):

Department of English (French)

Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu University

Anambra State

 

Download PDF

Résumé

A la suite de Ladmiral  et Abplanalp, nous distinguons les théories sur la traduction et les théories pour la traduction. Les premières ne se situent pas entre l’original et la traduction. Elles se concernent de la manière dont se déroule une traduction. Toutefois des théories sur/pour la traduction permettent la comparaison entre l’original et la traduction, une fois le travail de la traduction terminé. Les théories pour la traduction étudient le travail du traducteur, le processus de la traduction. Ces théories se situent entre l’original et la traduction. les théories sur la traduction et les théories pour la traduction montrent ce qu’il faut traduire et comment interpréter pour traduire. Ceci étant, venons-en à ce qu’ont dit Ladmiral, Sándor  et Lederer et Seleskovitch  pour ne citer que ceux-ci sur les théories sur/pour la traduction. Ils soutiennent que la théorie, en traduction, est praxéologique, c’est-à-dire que c’est un discours de la pratique. C’est vrai dans la mesure où la théorie traductologique découle de l’activité traduisante. En ce sens, non seulement la traduction mais aussi la psychologie, la linguistique et la pragmatique sont empiriques. Empirique, la traduction l’est car elle ne peut théoriser du vide. Cependant, la traduction ne doit pas être ramenée à une simple réflexion sur la réalité, à une simple contemplation de la réalité; en l’opposant bien entendu au savoir théorique. Or, il est honnête de reconnaître que certaines théories traductologiques qui étudient les processus cognitifs de traduction et qui recherchent les universaux de la traduction – non celles qui se cantonnent au produit (le traduit) – font montre des caractères scientifiques reconnus à d’autres théories appartenant aux disciplines rigoureuses. Et le caractère scientifique de ces théories découle des théories qui les sous-tendent. L’on peut citer deux travaux dont le premier s’inspire des théories et méthodes de la psychologie cognitive et l’autre de la pragmatique cognitive. Le premier travail est celui de l’allemand H.P. Kings  qui sera repris par d’autres chercheurs allemands et finlandais notamment. Ce travail s’inspire du paradigme des TAP (Think Aloud Protocols) des psychologues Ericsson et Simon. La deuxième théorie est celle de Lederer et Selesckovicth, inspirée de théories pragmatiques. Ce travail des praticiens est un discours praxéologique, empirique mais aussi théorique au sens scientifique.

Mots clés : La traduction, les  théories traductologiques, l’activité traduisante