L’ANALYSE DU CONCEPT FÉMINISTE DANS C’EST LE SOLEIL QUI M’A BRULEE DE CALIXTHE BEYALA ET CENDRES ET BRAISES DE KEN BUGUL

AUTHOR: Aizebioje, Anthony. A  Et Egwa Riliwanu Ighodaro

PUBLISHED: MARCH 2018

Résumé

Au cours des années, le concept du féminisme a été un phénomène où la femme est considérée comme étant de qualité inférieure à l’homme dans une société donnée surtout dans le continent africain. Cette conception de l’homme phénoménal a conduit à l’inégalité entre les sexes dans la société. Cette inégalité est perpétuée soit par la culture, soit par les croyances religieuses et traditionnelles. Au fil du temps, la femme a été coupé au cours de cette horrible de tendance de l’inégalité entre l’homme à la femme. Mais vers les années soixante la voix féminine en sourdine a été soulevée par les œuvres de la littérature. C’est dans ce sens que cette étude examinera deux romans négro-Africains d’expression française qui montrent la souffrance et la condition de la femme africaine dans la main de l’homme africain. Les œuvres de ces écrivains ont tendance à peindre tant dans distincts et termes critiques, leur position dans les aspects socio-culturels de l’Afrique. La préoccupation d’écrivains féministes défende le concept du féminisme ou de critiquer le système patriarcal en Afrique. Ces romans, C’est le soleil qui m’a brûlée (1987) de Calixthe Beyala et Cendres et Braises (1994) de Ken Bugul, montrent clairement l’oppression subie par la femme, en particulier la femme africaine francophone en raison d’une société principalement patriarcale. Nous examinerons la lutte menée par les féministes de telles libérations vers un malaise social total.

FOR FULL TEXT: Download Full PDF of Current Issue