LA FIDELITE ET LA LIBERTE EN TRADUCTION LITTERAIRE : THEORISATION GÉNÉRALE DU CONCEPT

Published: September, 2020

Author(s):

Ezeyi Jacinta Uche

 

About Author(s):

Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu University

Anambra State

Download PDF

Résumé

Les notions de fidélité et de liberté traduisent dans une large mesure le souci d’une prise de position par le traducteur dans ses stations avec l’original et avec le lecteur, et définissent l’existence du lien souhaité entre l’original et induction, c’est -à – dire le niveau de correspondance entre la traduction et l’original. Au sujet de la fidélité, nous sommes bien conscients que cette notion a suscité, et suscite encore, bien des controverses, d’autant plus qu’elle est très souvent comprise comme synonyme de « littéraire » par opposition à «traduction libre. » A quoi la traduction est-elle fidèle? La question se pose tout de suite comme l’a fait Mounin. Comme le souligne  Xu  Jun, dans «Réflexions sur les études des problèmes fondamentaux de la traduction», du problème-clé de la traduction qu’est la fidélité dérive toute une série de binômes, tels que la traduction littérale et la traduction libre, la traduction des mots et la traduction du sens, la fidélité  à la forme et la fidélité au fond, fidélité au corps et la fidélité à l’âme, l’imitation et la récréation, la fidélité et la trahison, l’exotisme et la naturalisation, la traduction souricière et cibiste, et le vrai et le beau, l’exactitude et la beauté, la possibilité et l’impossibilité etc. Quant à la notion de la liberté, nous reconnaissons qu’elle entraine en traduction une beauté exceptionnelle dans l’acte de traduction. La liberté, en traduction, se définit en quelque sorte comme un droit ou permission de l’appropriation du texte original dans l’activité traduisante. La liberté était souvent comprise comme un droit de produire, de l’acte créatif nouveau et approprié qui cherche à produire un texte cible produisant le même effet que le texte source. Le plus souvent l’appropriation n’est pas un choix: elle est imposée par la nature même de l’écriture littéraire. Donc, c’est pour cela qu’il y a la liberté au traducteur de  s’approprier ou  faire sien l’œuvre de quelqu’un d’autre pour une traduction réussie. Cette liberté est nécessaire au traducteur pour s’approprier, adapter et recréer les situations qui aideront la compréhension de l’œuvre par les gens d’autres cultures. Donc, ceci explique à une large mesure la notion de liberté en traduction qui en elle révèle un droit ou pouvoir obligé par un traducteur d’agir sans contrainte pour obtenir le même effet souhaité dans la traduction que 1’original en restant soumis à certaines règles pour qu’il y ait la convergence entre les textes. En somme l’on peut affirmer que la liberté en traduction influence une création d’une analogie de l’effet, de la clarté, de la beauté, de l’expressivité et des autres qualités esthétiques dans le texte-cible; toute traduction est appropriation bonne ou mauvaise et cette appropriation est autant le résultat d’une liberté.

Mots clés : L’activité traduisante, la liberté en traduction, la traduction littérale, la fidélité