DU CORPS LUTTANT AU CORPS UNIVERSEL : LES FIGURES DE L’ECRITURE BAROQUE DANS LA VIE ET DEMIE DE SONY LABOU TANSI

PUBLISHED: SEPTEMBER 2018

AUTHOR: Uwakwe Assumpta Ngozi
Ambrose Alli University, Ekpoma, Edo State.

Résumé
L’écriture africaine est reconnue comme un espace où figurent des éléments étranges,
extraordinaires, paradoxaux, voire subversifs. La littérature romanesque africaine d’expression
française a prouvé aussi son caractère esthétique et éthique, car les écrivains y font preuve d’une
liberté d’expression qui revêt les aspects d’une véritable particularité de l’écriture baroque
française. L’esthétique baroque se manifeste chez des écrivains qui ne respectent pas les règles
établies de l’écriture classique. Ainsi, nous qualifions d’écriture baroque toute oeuvre des auteurs
africains qui ne respectent pas les règles de l’écriture littéraire africaine instituée par les écrivains
pionniers, surtout, ceux qui « ont le culte de tout ce qui est choquant, bizarre, excentrique et
inattendu. »1 L’auteur congolais Sony Labou Tansi fait partie de ce groupe. D’abord, nous
constatons chez lui l’usage des éléments naturels qui sont bien présents dans le roman et donnent
sa qualité baroque au texte romanesque. Dans cette étude, nous allons analyser ce goût de
l’esthétique baroque dans l’oeuvre de Labou Tansi, surtout dans son roman La vie et demie, qu’il
appuie sur des faits historiques et où le corps est devenu un espace central de lutte pour la liberté,
car c’est un lien 2 topologique de lutte contre toute opposition à la liberté.3 Sony Labou Tansi, à
partir de ses propres expériences individuelles et par les réalités sociopolitiques en Afrique, peint
un monde que le lecteur peut se représenter comme la vision d’un monde universel.

Mots clés: la littérature africaine, les éléments naturelles, les réalités sociopolitiques.

PDF